strsubcodechain Coûts unitaires de la main d’œuvre et productivité, séries trimestrielles - Donnée et metadonnée
Sources et définitions
 
Recherche statistique
    Sources, Définitions       & Données principales
    Analyse de 
      cycle économique
    Indicateurs
      économiques clés
    Données parues
    Accueil PIE 
    Contactez-nous
      
[Données principales][English Version] | [Version imprimable]
Sujets > Coûts unitaires de la main d’œuvre et productivité, séries trimestrielles

|Australie | Autriche | Belgique | Brésil | Bulgarie | Canada | Chypre | République tchèque | Danemark | Estonie | Finlande | France | Allemagne | Grèce | Hongrie | Islande | Irlande | Italie | Japon | Corée | Lettonie | Lituanie | Luxembourg | Malte | Mexique | Pays-Bas | Nouvelle-Zélande | Norvège | Pologne | Portugal | Roumanie | République slovaque | Slovenie | Afrique du Sud | Espagne | Suède | Suisse | Turquie | Royaume-Uni | États-Unis | OCDE - Total | Sept Grands | OCDE - Europe | Zone Euro | Union européenne |


Système des coûts unitaires de la main d'oeuvre de l'OCDE

.UL.......
Personne/organisation contact
OECD statistics contact: stat.contact@oecd.org

Couverture sectorielle

Ce système fournit des séries chronologiques annuelles et trimestrielles d'indicateurs du coût unitaire de la main d'oeuvre pour les activités économiques suivantes conformément à la Classification internationale type par industrie (CITI Rév. 3):

  • Ensemble de l'économie
  • Activités de fabrication (CITI D)
  • Industrie (CITI C_E)
  • Construction (CITI F)
  • Commerce, transports et communications (CITI G_I)
  • Activités financières et services aux entreprises (CITI J_K)
  • Services marchands (CITI activité supplétive pour G_K)
  • Secteur marchand hors agriculture (CITI activité supplétive pour C_K)

Liens correspondants : CITI Rév. 3


Concept statistique principal
Les coûts unitaires de la main d'œuvre mesurent le coût moyen de la main d'œuvre par unité produite. Ils sont égaux au ratio entre les coûts totaux de la main d'œuvre et la production en volume ou de façon équivalente, au ratio entre les coûts moyens de la main d'oeuvre par heure travaillée et la productivité du travail (production horaire). En tant que tel, un indice du coût unitaire de la main d'oeuvre représente un lien entre la productivité et le coût de la main d'oeuvre pour la production. Le système des indicateurs du coût unitaire de la main d'oeuvre de l'OCDE calcule des indicateurs annuels et trimestriels de ces coûts et des indicateurs associés (e.g. indices de productivité du travail) à l'aide d'une méthodologie spécifique visant à garantir la comparabilité des données d'un pays de l'OCDE à l'autre.


Coûts totaux de la main d'oeuvre annuels

.ULABAC.......
Concept statistique principal
La variable de référence pour les coûts totaux annuels de la main d'œuvre est la rémunération des salariés calculée conformément au Système de comptabilité nationale 1993, corrigée du travail non salarié en multipliant la rémunération des salariés par le ratio entre le nombre total d'heures travaillées pour l'ensemble des personnes occupant un emploi et le nombre total d'heures travaillées pour l'ensemble des salariés. Cette variable de référence couvre une part significative des coûts totaux de la main d'œuvre comme les salaires et traitements ; les bonus ; les paiements en nature relatifs aux services liés au travail (e.g. alimentation, essence, logement) ; indemnités de départ et de fin de contrat et les cotisations des employeurs aux systèmes de retraites, aux assurances vie et dommages et aux régimes d'indemnisation des travailleurs.

Cependant, la rémunération des salariés exclut des postes pertinents pour le coût total de la main d'œuvre comme les coûts de formation des salariés, des aménagements de bien-être et de recrutement, les taxes sur l'emploi (e.g. impôt sur la masse salariale) et sur les avantages sociaux. Par ailleurs, l'ajustement pour le travail non salarié suppose que la rémunération horaire travail (ou par personne si les données sur les heures ne sont pas disponibles) est la même pour le travail non salarié et les salariés des entreprises. Cette hypothèse peut être plus ou moins validée selon les pays et les activités économiques.

Afin de produire les séries temporelles les plus longues possibles pour les coûts totaux annuels de la main d'œuvre, les séries actuelles sont souvent raccordées à des séries historiques analogues fournies par l'OCDE à un certain moment dans le passé. En conséquence, pour la plupart des pays Membres de l'OCDE, les séries chronologiques sont disponibles depuis 1970. Les variables ainsi que leurs sources pour chaque pays sont indiquées dans les métadonnées par pays sous le titre ‘Sources'.



Agrégation et consolidation
Les coûts totaux de la main d'oeuvre pour les activités économiques G_K (Services marchands) et C_K (Secteur marchand) sont calculés en additionnant leurs activités composantes respectives.


Production en volume annuelle

.ULABRV.......
Concept statistique principal
La variable de référence pour la production en volume annuelle est la valeur ajoutée à prix constants calculée conformément au SCN 93. Afin de produire les séries temporelles les plus longues possibles pour la production en volume annuelle, les séries actuelles sont souvent raccordées à des séries historiques analogues fournies par l'OCDE à un certain moment dans le passé. En conséquence, pour la plupart des pays Membres de l'OCDE, les séries chronologiques sont disponibles depuis 1970. Les variables ainsi que leurs sources par pays et par activité économique sont indiquées dans les métadonnées par pays sous le titre ‘Sources'.

Agrégation et consolidation
Toutes les séries de production en volume sont rebasées de telle façon que les séries en monnaie nationale soient exprimées aux prix de l'année de base OCDE en cours. Les séries pour les activités agrégées G_K et C_K sont calculées par chaînage annuel de leurs composantes respectives, en utilisant comme pondérations la valeur ajoutée à prix courants.

Autres manipulations
La production en volume pour l'activité J_K est ajustée afin d'enlever la composante (estimée) attribuée aux services fournis par un logement à ses occupants car cette activité n'est pas associée à une forme de travail. Pour une explication plus détaillée de cette question et la méthode utilisée pour effectuer l'ajustement, voir : http://www.oecd.org/dataoecd/37/31/37664867.pdf. Par conséquent, les séries chronologiques de production en volume publiées pour les activités J_K, G_K et C_K sont différentes de celles provenant des sources nationales.


Coûts unitaires de la main d'oeuvre annuels

.ULABUL.......
Concept statistique principal
Les coûts unitaires de la main d'oeuvre annuels sont égaux au ratio entre les coûts totaux de la main d'œuvre et la production en volume. Les séries chronologiques sont présentées à la fois en niveau et en indice et l'année de base pour la production en volume est 2010.

Utilisations recommandées et limitations
L'OCDE s'est efforcée d'assurer la comparabilité des données d'un pays de l'OCDE à l'autre. Par conséquent, on pourra utiliser les coûts unitaires de la main d'œuvre en niveau (sous la forme de ratio) pour des analyses statiques (i.e. comparaison des coûts unitaires de la main d'œuvre en niveau entre les pays ou entre activités économiques à un instant précis) ainsi que des indices présentant une évolution comparable de ces coûts dans le temps. Cependant, pour certains pays, nous ne publions pas les coûts unitaires de la main d'œuvre en niveau en raison de l'absence des données pour réaliser l'ajustement pour le travail non salarié. Pour ces pays, seuls les indices du coût unitaire de la main d'œuvre sont rendus disponibles pour les analyses. Par ailleurs, l'ajustement pour le travail non salarié suppose que la rémunération horaire du travail (ou par personne si les données sur les heures ne sont pas disponibles) est la même pour le travail non salarié et les salariés des entreprises. Cette hypothèse peut être plus ou moins valide selon les pays et les activités économiques, ce qui a donc un impact sur la comparabilité des coûts unitaires de la main d'œuvre en niveau.


Rémunération du travail par salarié

.ULAICE.......
Concept statistique principal
La rémunération du travail par salarié est définie dans cet ensemble de données comme le rapport entre la rémunération des salariés et le nombre total des salariés.


Rémunération du travail par heure

.ULAICH.......
Concept statistique principal
La rémunération du travail par heure est définie dans cet ensemble de données comme le rapport entre la rémunération des salariés et l'ensemble des heures travaillées par ces derniers. Les données sont disponibles pour les pays suivants : Allemagne, Australie, Autriche, Bulgarie, Canada, Chypre, Corée, Danemark, Espagne, Estonie, États-Unis, Finlande, France, Grèce, Hongrie, Irlande, Italie, Lituanie, Mexique, Norvège, Pays-Bas, République Slovaque, République Tchèque et Suède.


Coût unitaire de la main d'oeuvre > Autres indicateurs annuels > Rémunération par unité de main d'oeuvre

.ULAICU.......
Concept statistique principal
La rémunération du travail par unité de main d'oeuvre est définie dans cette base de données comme étant la rémunération des salariés divisée par l'ensemble des heures travaillées par les salariés des entreprises (Allemagne, Australie, Autriche, Bulgarie, Canada, Chypre, Corée, Danemark, Espagne, Estonie, France, Grèce, Hongrie, Italie, Lituanie, Mexique, Norvège, Pays-Bas, République Slovaque, République Tchèque et Suède) ou par l'ensemble des salariés des entreprises (tous les autres pays).


Coût unitaire de la main d'oeuvre > Autres indicateurs annuels > ULC ajusté des taux de change

.ULAIEU.......
Estimation
La mesure du coût unitaire de la main d'oeuvre (ULC) annuel ajusté des taux de change s'obtient en convertissant les coûts totaux de la main d'oeuvre en USD, puis en les divisant par une série de production en volume qui est aussi convertie en USD en utilisant les taux de change de l'année de base OCDE.

Utilisations recommandées et limitations
Les coûts unitaires de la main d'oeuvre ajustés des taux de change peuvent être utiles à la comparaison, dans une devise commune, des évolutions des coûts unitaires de la main d'oeuvre entre pays. Les fluctuations à court terme peuvent être très volatiles car elles dépendent dans une large mesure de l'évolution du taux de change.


Productivité du travail par personne occupant un emploi

.ULAILE.......
Concept statistique principal
La productivité du travail par personne occupant un emploi est définie dans cet ensemble de données comme le rapport entre la production en volume (valeur ajoutée brute) et l'ensemble des personnes occupant un emploi.


Productivité horaire du travail

.ULAILH.......
Concept statistique principal
La productivité horaire du travail est définie dans cet ensemble de données comme le rapport entre la production en volume (valeur ajoutée brute) et l'ensemble des heures travaillées par toutes les personnes occupant un emploi. Les données sont disponibles pour les pays suivants : Allemagne, Australie, Autriche, Bulgarie, Canada, Chypre, Corée, Danemark, Espagne, Estonie, Finlande, France, Grèce, Hongrie, Irlande, Italie, Lituanie, Mexique, Norvège, Pays-Bas, République Slovaque, République Tchèque, Suède et Suisse.


Coût unitaire de la main d'oeuvre > Autres indicateurs annuels > Productivité du travail

.ULAILP.......
Concept statistique principal
La productivité du travail est définie dans cette base de données comme la production en volume divisée par les heures travaillées par les personnes occupant un emploi pour l'Allemagne, l'Autriche, l'Australie, la Bulgarie, le Canada, Chypre, la Corée, le Danemark, l'Espagne, l'Estonie, la France, la Grèce, la Hongrie, l'Italie, la Lituanie, le Mexique, la Norvège, les Pays-Bas, la République Slovaque, la République Tchèque, la Suède et la Suisse. Pour tous les autres pays, l'emploi total est utilisé comme mesure de la main d'oeuvre.

Utilisations recommandées et limitations
L'objectif principal de la mesure de la productivité de la main d'oeuvre dérivée du Système d'indicateurs du coût unitaire de la main d'oeuvre de l'OCDE est de permettre aux utilisateurs de décomposer les mouvements du coût unitaire de la main d'oeuvre annuel, suivant un numérateur égal à la rémunération de la main d'oeuvre par unité de travail intrant et un dénominateur représentant la productivité de la main d'oeuvre.

Les estimations de la productivité de la main d'oeuvre sont très sensibles à la qualité des données utilisées pour mesurer le travail intrant. Cette question est examinée en détail dans la base de données de l'OCDE sur la productivité. Cette base de données contient également des mesures de la productivité de la main d'oeuvre pour l'ensemble de l'économie, mesures qui peuvent être différentes de celles publiées dans cette base de données pour certains pays. L'origine de cette différence provient principalement de la mesure du travail intrant utilisée. La base de données de l'OCDE sur la productivité utilise comme mesure du travail intrant pour tous les pays, le total des heures travaillées définies comme les heures moyennes par salarié ou par emploi multipliées par l'emploi salarié total ou par le nombre total des emplois. Les Comptes nationaux sont la source par défaut de ces données et sont complétés par les données d'enquêtes sur la population active pour les pays et les années pour lesquels les Comptes nationaux ne fournissent pas d'informations sur les heures travaillées. Cependant, toutes les données du travail intrant (i.e. ensemble des heures travaillées ou emploi total) dans cette base de données proviennent du Sytème des comptes nationaux de l'OCDE. Ainsi, lorsqu'un pays ne dispose que d'une série courte d'heures travaillées, les séries historiques sont raccordées aux séries d'emploi total. La période de disponibilité des heures travaillées utilisées comme mesure du travail intrant est indiquée pour chaque pays dans les sources des données par pays.

Il existe d'autres raisons mineures expliquant les différences entre les mesures de la productivité de la main d'oeuvre présentée au niveau de l'ensemble de l'économie dans ces deux bases de données. Une description détaillée de ces raisons ainsi qu'une analyse des différences pays par pays sont disponibles sur demande.




Rémunération du travail par salarié en PPA-$US

.ULAIPE.......
Concept statistique principal
La rémunération du travail par salarié en PPA-$US est définie dans cet ensemble de données comme le rapport entre la rémunération des salariés convertie en $US à partir de la monnaie nationale en utilisant les parités de pouvoir d'achat de la consommation privée, et le nombre total des salariés.


Rémunération horaire du travail en PPA-$US

.ULAIPH.......
Concept statistique principal
La rémunération horaire du travail en PPA-$US est définie dans cet ensemble de données comme le rapport entre la rémunération des salariés convertie en $US à partir de la monnaie nationale en utilisant les parités de pouvoir d'achat de la consommation privée, et le nombre total des heures travaillées par les salariés. Les données sont disponibles pour les pays suivants : Allemagne, Australie, Autriche, Bulgarie, Canada, Chypre, Corée, Danemark, Espagne, Estonie, États-Unis, Finlande, France, Grèce, Hongrie, Irlande, Italie, Lituanie, Mexique, Norvège, Pays-Bas, République Slovaque, République Tchèque et Suède.


Rémunération du travail par unité de main d'oeuvre en PPA-$US

.ULAIPU.......
Concept statistique principal
La rémunération du travail par unité de main d'oeuvre en PPA-$US est définie dans cet ensemble de données comme le rapport entre la rémunération des salariés convertie en $US à partir de la monnaie nationale en utilisant les parités de pouvoir d'achat de la consommation privée, et le nombre total des heures travaillées par les salariés (Allemagne, Australie, Autriche, Bulgarie, Canada, Chypre, Corée, Danemark, Espagne, Estonie, France, Grèce, Hongrie, Irlande, Italie, Lituanie, Mexique, Norvège, Pays-Bas, République Slovaque, République Tchèque et Suède) ou l'ensemble des salariés pour tous les autres pays. NB: pour les pays qui disposent d'une série d'heures travaillées, si une série plus longue existe pour le nombre total de salariés, les données sont raccordées pour rallonger la série dans le passé.


Coût unitaire de la main d'oeuvre > Autres indicateurs annuels > ULC réel (part des revenus du travail)

.ULAIRU.......
Concept statistique principal
Le ratio annuel du partage des revenus du travail dans la valeur ajoutée est calculé dans cette base de données en divisant les coûts totaux de la main d'oeuvre par la production en volume. Le terme partage des revenus du travail est utilisé car la mesure des coûts totaux de la main d'oeuvre se réfère à la rémunération des salariés ajustée de la rémunération du travail non salarié et se réfère donc aux revenus du travail.

La division des coûts totaux de la main d'oeuvre par la production en volume est parfois également appelée coût unitaire de la main d'oeuvre réel - car celui-ci est l'équivalent d'un coût unitaire de la main d'oeuvre déflaté par l'indice implicite des prix du PIB pour l'activité économique (i.e. secteur) concernée.



Utilisations recommandées et limitations
L'ajustement pour le travail non salarié, effectué dans le calcul des coûts totaux de la main d'oeuvre suppose que la rémunération horaire du travail (ou par personne en cas d'indisponibilité des données sur les heures) est équivalente pour les travailleurs non salariés et les salariés des entreprises. Cette hypothèse est plus ou moins validée selon les différents pays et les activités économiques et peut ainsi affecter la fiabilité (et par la même la comparabilité) du ratio du partage des revenus du travail dans la valeur ajoutée.


Coût unitaire de la main d'oeuvre > Ratio annuel emploi indépendant


.ULAR.......
Concept statistique principal
Le ratio du travail non salarié (calculé à partir des heures travaillées ou des personnes) est calculé simplement comme le rapport entre l'emploi total et les salariés. Le ratio ainsi calculé donne à l'utilisateur un aperçu de la répartition entre le travail non salarié et les salariés dans l'emploi total. Examiné dans le temps au niveau des secteurs économiques, ce ratio permet également aux utilisateurs de suivre la répartition travail non salarié/salariés dans la population active d'un pays.

Le ratio est basé sur les heures travaillées pour l'Allemagne, l'Autriche, le Canada, la Corée, le Danemark, l'Espagne, la France, la Grèce, la Hongrie, l'Italie, la Norvège, la République Slovaque et la Suède. Pour les autres pays, le ratio est calculé à partir des personnes occupant un emploi sauf pour l'Islande et la Turquie, pour lesquels les données ne sont pas disponibles pour effectuer le calcul.



Utilisations recommandées et limitations
Dans le calcul des coûts unitaires de la main d'œuvre (ULC), le ratio du travail non salarié est multiplié par la rémunération des salariés (définition des Comptes nationaux) pour obtenir une mesure ajustée de la rémunération des salariés plus adéquate pour le calcul du coût unitaire de la main d'œuvre (ULC). La rémunération des salariés telle que définie dans les Comptes nationaux n'inclut pas la rémunération pour le travail non salarié qui est couverte dans le compte 'excédent d'exploitation et revenu mixte'. Cependant, la production du travail non salarié contribue à la valeur ajoutée et cela introduit ainsi une incohérence entre le numérateur et le dénominateur lors du calcul des indices du coût unitaire de la main d'oeuvre. Si un ajustement n'est pas opéré à la mesure de la rémunération du travail pour tenir compte de l'impact du travail non salarié, cela risque de fausser la comparabilité des indices ULC à travers les pays en cas de différences importantes dans les niveaux ou, de façon plus importante, dans les variations au cours du temps du travail non salarié dans les pays. Par ailleurs, cet impact varie selon les industries car certaines sont plus à même d'avoir une proportion plus forte de personnes travaillant à leur compte (e.g. agriculture) que les autres.


Coût unitaire de la main d'oeuvre > Pondérations annuelles > Valeur ajoutée aux prix courants

.ULAWVC.......
Concept statistique principal
La production nominale annuelle correspond à la valeur ajoutée aux prix courants calculée conformément au SCN de 93.

Agrégation et consolidation
Les séries de production nominale annuelle sont utilisées comme pondérations lors du calcul du chaînage annuel des séries de production en volume pour les activités économiques G_K (Services marchands) et C_K (Secteur marchand).

Les séries de production nominale annuelle pour chaque activité économique sont également utilisées comme dénominateur dans le ratio du partage des revenus du travail dans la valeur ajoutée - également appelé coût unitaire de la main d'oeuvre réel.



Autres manipulations
La production en volume pour l'activité J_K est ajustée afin d'enlever la composante (estimée) attribuée aux services fournis par un logement à ses occupants car cette activité n'est pas associée à une forme de travail. Pour une explication plus détaillée de cette question et la méthode utilisée pour effectuer l'ajustement, voir : http://www.oecd.org/dataoecd/37/31/37664867.pdf. Par conséquent, les séries chronologiques de production en volume publiées pour les activités J_K, G_K et C_K sont différentes de celles provenant des sources nationales.


Coûts totaux de la main d

.ULQBBC.......
Concept statistique principal
La variable de référence pour l'indicateur trimestriel des coûts totaux de la main‑d'œuvre est la rémunération des salariés telle que définie dans le SCN 93. Lorsque cette variable n'est pas disponible, un indicateur de remplacement approprié est utilisé, préférence étant alors accordée, dans l'ordre, aux salaires et traitements bruts, à l'indice du coût de la main‑d'œuvre multiplié par une mesure appropriée du travail total (i.e. nombre total d'heures travaillées ou emploi total / salariés) et aux gains moyens horaires / hebdomadaires / mensuels multipliés par une mesure appropriée du travail total. Afin de produire les séries temporelles les plus longues possibles pour les indicateurs trimestriels, les séries actuelles sont souvent raccordées à des séries historiques analogues fournies par l'OCDE à un certain moment dans le passé.

Les variables ainsi que leurs sources pour chaque pays sont indiquées dans les métadonnées par pays sous le titre « Sources ».



Agrégation et consolidation
Les indicateurs trimestriels des coûts totaux de la main d'œuvre pour les activités économiques (i.e. secteurs) G_K et C_K sont obtenus en faisant la somme des activités composantes considérées ou une agrégation pondérée d'indices de remplacement pour les séries composantes.

L'indicateur trimestriel des coûts totaux de la main‑d'œuvre pour chaque activité économique est ensuite calé sur les données annuelles afin d'obtenir une série trimestrielle échelonnée dans le temps des coûts totaux de la main‑d'œuvre en monnaie nationale. Cette série est celle qui est publiée.

La méthode d'échelonnement temporel (calage) utilisée est celle de Fernández, voir Fernández R.B. (1981), A methodological note on the estimation of time series, The Review of Economics and Statistics, 63: 471-478. Cette méthode est utilisée via le logiciel ECOTRIM conçu par Eurostat.



Commentaires sur la qualité
Les série trimestrielles échelonnées dans le temps des coûts totaux de la main‑d'œuvre ne couvrent pas certains aspects des coûts de la main d'œuvre comme les coûts de formation et de recrutement des salariés et les taxes sur l'emploi (e.g. impôt sur la masse salariale).


Coûts unitaires de la main d'oeuvre trimestriels

.ULQBBU.......
Concept statistique principal
Les coûts unitaires de la main‑d'œuvre mesurent le coût moyen de la main‑d'œuvre par unité produite. Ils sont égaux au ratio entre les coûts totaux de la main‑d'œuvre et la production en volume.

Estimation
Les coûts unitaires de la main‑d'œuvre trimestriels bruts sont obtenus en effectuant le ratio entre la série trimestrielle échelonnée dans le temps (calée) des coûts totaux de la main‑d'œuvre à celle de la production en volume. Cette série brute est ensuite corrigée des variations saisonnières à l'aide de la méthode TRAMO-SEATS. Outre une série désaisonnalisée, la méthode TRAMO-SEATS produit une série tendance‑cycle qui fait apparaître tous les mouvements non saisonniers et non irréguliers de la série chronologique de base. Cette série peut être considérée comme une série corrigée des variations saisonnières lissée, dont le degré de lissage est fonction du modèle ARIMA sous‑jacent et varie donc d'une série à l'autre.

Les indices du coût unitaire de la main d'œuvre en année de base OCDE sont disponibles dans cette base de données sous forme brute, corrigée des variations saisonnières ou tendance-cycle. Par ailleurs, les taux de variations annuels et trimestrielles par rapport à la période précédente sont présentés pour les séries corrigées des variations saisonnières et tendance-cycle.



Correction des variations saisonnières
Les séries sont corrigées des variations saisonnières par la méthode TRAMO-SEATS. Le modèle d'ajustement saisonnier est revu chaque année pour chaque série. Lors de la mise à jour trimestrielle dans l'année, le modèle est fixé mais on permet à ses paramètres (coefficients) de varier - méthode désignée sous le nom de « concurrent adjustment ». En cas de révisions importantes des séries composantes trimestrielles, on peut entreprendre une nouvelle identification du modèle.

Autres manipulations
Afin de produire des séries temporelles longues à des fins d'analyse empirique, les séries d'indices tendance-cycle du coût unitaire de la main d'oeuvre pour chaque activité économique sont rétropolées pour qu'elles aient la même longueur que les séries annuelles correspondantes (i.e. dans la plupart des cas jusqu'en 1970). Ceci est réalisé en trimestrialisant l'indice annuel du coût unitaire de la main d'œuvre selon la technique d'échelonnement temporel de Denton. Cette série trimestrialisée est ensuite raccordée au véritable indice tendance-cycle trimestriel du coût unitaire de la main d'œuvre. On obtient alors une série prolongée à partir de la date à laquelle les données des indicateurs trimestriels ne sont plus disponibles. Cette partie raccordée de la série tendance est clairement signalée par un code contrôle « E » dans toutes les publications électroniques. La structure de la série tendance peut souvent apparaître différente après le point de raccordement, étant donné que les années les plus récentes de la série sont calculées à partir d'un modèle ARIMA et que la partie historique raccordée est une série annuelle trimestrialisée.

Utilisations recommandées et limitations
L'OCDE, qui a procédé à de nombreux tests de la méthode tendance-cyle TRAMO-SEATS, a constaté que celle‑ci réduisait sensiblement la volatilité des taux de variation d'un trimestre à l'autre tout en permettant une extraction efficace du signal sous-jacent des données brutes. Compte tenu de la volatilité qui caractérise par essence les séries dérivées comme les coûts unitaires de la main‑d'œuvre, l'OCDE recommande d'utiliser les séries tendance-cycle pour une analyse à court terme, plus particulièrement lorsqu'il s'agit d'interpréter les mouvements les plus récents des séries trimestrielles.


Production en volume trimestrielle

.ULQBBV.......
Concept statistique principal
La variable de référence pour l'indicateur trimestriel de la production en volume est la valeur ajoutée à prix constants calculée conformément au SCN 93. En l'absence de données sur cette variable, on s'efforce d'utiliser un indice de production couvrant les activités économiques considérées. Afin de produire les séries temporelles les plus longues possibles pour les indicateurs trimestriels, les séries actuelles sont souvent raccordées à des séries historiques analogues fournies par l'OCDE à un certain moment dans le passé. Les variables ainsi que leurs sources pour chaque pays sont indiquées dans les métadonnées par pays sous le titre ‘Sources'.

Agrégation et consolidation
Les indicateurs trimestriels de la production en volume pour les activités économiques (i.e. secteurs) G_K et C_K sont obtenus en faisant la somme de leurs activités composantes respectives ou une agrégation pondérée d'indices de remplacement pour les séries composantes.

L'indicateur trimestriel de la production en volume pour chaque activité économique est ensuite calé sur les données annuelles pour obtenir une série trimestrielle échelonnée dans le temps de la production en volume en monnaie nationale. Cette série est celle qui est publiée.

La méthode d'échelonnement temporel (calage) utilisée est celle de Fernández, voir Fernández R.B. (1981), A methodological note on the estimation of time series, The Review of Economics and Statistics, 63: 471-478. Cette méthode est utilisée via le logiciel ECOTRIM conçu par Eurostat.

Les données annuelles utilisées comme étalons dans la procédure d'échelonnement dans le temps pour les activités économiques G_K et C_K sont agrégées en utilisant une méthode de chaînage annuel. Par conséquent les séries trimestrielles échelonnées dans le temps de la production en volume incluront cet effet de chaînage.



Autres manipulations
La production en volume pour l'activité J_K est ajustée afin d'enlever la composante (estimée) attribuée aux services fournis par un logement à ses occupants car cette activité n'est pas associée à une forme de travail. Pour une explication plus détaillée de cette question et la méthode utilisée pour effectuer l'ajustement, voir : http://www.oecd.org/dataoecd/37/31/37664867.pdf. Par conséquent, les séries chronologiques de production en volume publiées pour les activités J_K, G_K et C_K sont différentes de celles provenant des sources nationales.


Indicateur trimestriel des coûts de la main d'oeuvre


.ULQC.......
Validation



Coût unitaire de la main d'oeuvre > Indicateur trimestriel de valeur ajoutée


.ULQV.......
Validation
Les métadonnées sont disponibles en anglais uniquement.